Facebook

Mot du président

Christian HABAULTLE CFTMC est né en 1989 à Poro sur la base d’un partenariat Public-Privé construit à l’époque avec les membres du Syndicat des Industries de la Mine. Il fût le premier signe tangible du rééquilibrage voulu par le nouveau contexte institutionnel. Installé sur une concession de la SLN mise à disposition pour l’occasion, il a pour objet social d’améliorer la compétitivité de notre industrie via la formation professionnelle ;

Aujourd’hui le CFTMC a 25 ans : c’est l’âge adulte, celui où on regarde l’avenir.

Il aura formé plus de 2000 conducteurs d’engins en leur donnant une première maitrise de la sécurité sur nos chantiers.

Il aura délivré également à ces stagiaires un diplôme, lequel leur a conféré un métier et donc un avenir et une reconnaissance sociale. J’y vois une des formes du destin commun. 

Avec la montée en puissance de notre industrie minière et métallurgique, la Nouvelle Calédonie est à l’aube de produire 200 000 Tonnes / an de nickel contenu  et de devenir un acteur majeur du marché ; Le CFTMC se doit d’accompagner cette évolution sans précédent et ne doit pas se contenter d’être la seule mine-école du monde du nickel. Pour cela, il s’est renforcé au niveau de son équipe pédagogique et va se diversifier : ouverture d’une filière Travaux Publics avec une antenne prévue sur la côte Ouest, à Bourail, investissement dans de nouveaux outils de simulation numérique et dans du matériel de maintenance des engins miniers , les projets ne manquent pas et ils se conduiront en optimisant nos moyens en les mutualisant avec d’autres entités.

Les pouvoirs publics ont su nous accompagner dans cette démarche et les sociétés minières qui composent le conseil d’administration que j’ai l’honneur de présider ont bien compris les enjeux. En cela, je les en remercie sincèrement 

 

Christian HABAULT